Femme

Cirés & Vareuses

Parfaits pour le printemps et l’automne, ainsi que pour les soirées d’été un peu fraîches passées au bord de la mer, les parkas, cirés et vareuses Saint James pour femme sont emblématiques de la mode marine. Durables et intemporelles, ces pièces authentiques vous garantissent confort et protection contre le froid, le vent et la pluie.
Filtres
Genre
  • Femme
Coloris
  • Marine
  • Jaune
Catégorie
  • Cirés et Vareuses
Matière
  • Toile
Coupe
  • Coupe droite
Filtrer
Genre
  • Femme
Coloris
  • Marine
  • Jaune
Catégorie
  • Cirés et Vareuses
Matière
  • Toile
Coupe
  • Coupe droite

L’indémodable ciré jaune

À l’origine du ciré, on trouve une fois de plus un vêtement de travail destiné aux marins et aux pêcheurs. Pour empêcher la pluie et les embruns de détremper et d’alourdir leurs vestes, ils eurent l’idée de les enduire d’huile de lin, qui permettait de les imperméabiliser.

On raconte que la couleur jaune des premiers cirés modernes, apparus dans les années 1960, a été choisie pour s’inspirer de ces premières vestes en coton huilé, l’huile de lin ayant tendance à jaunir avec le temps. D’autres versions plus pragmatiques affirment que le jaune a été choisi pour des questions de visibilité, cette couleur étant la plus facilement repérable en mer.

Toujours est-il qu’en France, comme en Finlande, en Allemagne et au Danemark, le ciré jaune en vinyle a d’abord été commercialisé pour les marins, qui ont troqué leur vareuse contre ce vêtement plus léger et surtout totalement imperméable.

Peu à peu, comme chaque vêtement initialement destiné aux marins et aux pêcheurs, le ciré a séduit le grand public et se décline aujourd’hui en différentes couleurs, avec le même succès que la marinière ou le caban.

Les cirés pour femme Saint James, disponibles en plusieurs coloris et même en version transparente, sont aussi esthétiques que pratiques : leurs finitions soignées et leurs coupes modernes mettent en valeur toutes les silhouettes.

Totalement imperméables, ils possèdent une capuche indispensable en cas de pluie, et sont dotés de grandes poches boutonnées ou zippées. Le ciré iconique Saint James est enduit d’une matière déperlante qui empêche l’eau de stagner et de pénétrer dans le vêtement. Sa doublure en jersey rayé rappelle la marinière, pièce avec laquelle il se marie très bien.

Les cirés femme peuvent être portés en ville comme à la mer. Ils sont particulièrement adaptés aux saisons intermédiaires que sont le printemps et l’automne, mais sont tout aussi appréciables en cas d’averse orageuse en été.

Les parkas et les vareuses viennent compléter cette gamme de vêtements de mi-saison pour femmes. Des vêtements authentiques, simples et de qualité, dont l’aspect fonctionnel ne vient pas empiéter sur le style, mais le complète subtilement.

La vareuse pour femme, un vêtement à l’ADN marin

Au même titre que la marinière, le caban et le ciré, la vareuse est indissociable de l’univers maritime, dont elle est issue.

Cette blouse courte en toile de coton épaisse, qui est, tout comme la marinière, une pièce de la tenue réglementaire des matelots engagés dans la Marine nationale depuis le milieu du 19ème siècle, a habillé les marins avant de séduire les citadins. Les vareuses étaient à l’origine coupées à même les chutes de voiles de bateaux, et les hommes de la mer les fabriquaient par leurs propres moyens.

Ce vêtement, dans sa version traditionnelle, possède un col fendu pouvant être fermé à l’aide d’une bride et d’un bouton dissimulé à l’intérieur. Si le bouton n’est pas disposé sur la face extérieure du vêtement, ce n’est pas par souci esthétique, mais pour une raison pratique : ainsi positionné, il ne risquait pas de s’accrocher dans les cordages lors des manœuvres.

La vareuse possède également une ou deux grandes poches plaquées, cousues à l’intérieur du vêtement, au niveau du torse, et accessibles par le col. Historiquement, ces poches avaient chacune une utilité précise : l’une contenait le tabac des pêcheurs, l’autre leur carnet de pêche, qui servait à noter les prises du jour.

Lorsqu’elle était encore portée par les Terre-Neuvas, ces marins qui partaient pêcher la morue pendant de longs mois au large du Canada, la vareuse était enduite d’huile de morue par mauvais temps, pour les protéger plus efficacement de la pluie.

Les pêcheurs avaient l’habitude de la porter à l’endroit lorsqu’ils travaillaient, et de la retourner lorsqu’ils étaient de retour en ville pour dissimuler les salissures. Selon les ports, et parfois les corps de métier, la couleur de la vareuse n’était pas la même. Le rouge était utilisé par les ostréiculteurs, le brique ou rouille par les pêcheurs utilisant des casiers, le jaune par ceux qui pratiquaient la pêche à pied, et le bleu par les marins-pêcheurs du grand large.

Aujourd’hui, la vareuse femme Saint James se décline en veste ou en blouson. Elle est confectionnée dans des tissus plus légers et plus souples, en popeline légère par exemple, ou encore en denim de coton. Si l’esprit vareuse est conservé, les coupes sont détournées et actualisées pour se marier avec tous les styles, classique, casual chic ou décontracté.

Lire la suite
Panier
Plus que 100,00€ pour bénéficier de la livraison offerte
( x )
- +
Supprimer
Oui Non
Vous n'avez pas de produit dans votre panier.
Total
Vous aimerez aussi
Bonnet à pompon Denali
en laine
39,00€
Echarpe rayée Scarf
en pure laine vierge
33,00€