Plus que 130,00€ pour bénéficier de la livraison offerte

Dans les lignes de la mer, le secret de SAINT JAMES

Un voyage en eaux profondes pour réapprendre à vivre...

Quand SAINT JAMES rencontre des auteurs de talent pour célébrer ensemble leur passion, cela donne Dans les lignes de la mer, une bande dessinée signée Tom Graffin et Nathalie Ferlut. 

"Je ne voulais pas un simple historique, un livre classique. Je voulais un livre qui puisse toucher toutes les générations, y compris la jeunesse. SAINT JAMES est une entreprise qui a une âme. Et je souhaitais que cela transpire dans cet album. C’est une histoire qui a du caractère, comme chaque membre de l’équipage " Luc Lésénécal 

Un récit initiatique avec, au cœur de l’histoire, notre iconique marinière...

Manon, jeune femme d'une trentaine d'années, se promène sur la plage avec sa fille Nina lorsqu'elle est victime d'une hallucination : elle croit apercevoir le voilier d'Élio, son amour disparu en mer, approchant de la côte.

Animée par l'espoir insensé de le retrouver, elle se jette dans l'eau sans réfléchir et frôle la noyade. Elle est sauvée in extremis par Léan, un mystérieux marin, qui la recueille sur son voilier de pêche.

Ce voyage, à la fois merveilleux et incertain, va révéler à Manon le grand secret partagé par la mer et les marins, et lui ouvrir les portes de son destin.

Et si c’était le moment de faire le deuil d'Élio, pour enfin permettre à sa fille Nina de vivre pleinement.

L’interview de Tom Graffin et de Luc Lesénécal 

Comment est né ce projet ?

Tom - L’idée vient de Luc. Luc, c’est d’abord un ami. Je l’ai rencontré en 2018 au Festival « Papillon de nuit », sur lequel j’ai réalisé un documentaire. C’est un fantastique événement porté par un village normand de 500 habitants, Saint-Laurent-de- Cuves, et dont SAINT JAMES est partenaire. Au départ, il souhaitait faire un livre autour de SAINT JAMES. Nous nous sommes dit : « Et pourquoi pas une BD ? ». Je lui ai proposé de faire un conte marin, une vraie histoire, loin du marketing. Je crois que l’idée lui a plu.

Luc - À l’origine, je cherchais un moyen original de faire rayonner les valeurs de SAINT JAMES. Je ne voulais pas un simple historique, un livre classique. Je voulais un livre qui puisse toucher toutes les générations, y compris la jeunesse dont SAINT JAMES se rapproche.

Au coeur de cette aventure, il y a un mystère : les rayures des marinières...

Luc - Oui. La marinière, c’est l’emblème de SAINT JAMES. Et l’origine des rayures est l’objet de toutes les théories. Leur nombre était censé symboliser les victoires napoléoniennes, on dit aussi que c’était une façon de repérer les marins tombés à l’eau, ou même d’économiser la teinture bleu indigo qui coûtait cher…

Tom - Je me suis demandé ce qu’il pouvait se cacher derrière ces lignes. Et si ça ne pouvait pas être la trame de mon histoire. Et si Luc était prêt à faire bouger les lignes...

Ces rayures nous délivrent donc un message ?

Tom - Oui, un message que l’on ne voit pas et qu’il faut savoir décrypter. Qui peut le lire ? Où ces rayures sont-elles tissées ? Y-a-t-il un monde parallèle aux hommes qui serait la clé de l’énigme ? C’est autour de ce mystère qu’est construit Dans les lignes de la mer. Comme un conte moderne. Mais c’est aussi et surtout un hymne à la mer et au lien qu’elle entretient avec les hommes.

Luc - Je voulais que ce conte soit fidèle aux symboles de SAINT JAMES : la mer, les marins, le Mont Saint Michel et les fameuses rayures.

Celle qui peut « lire dans les rayures », c’est Manon. Une femme…

Tom - Oui, je voulais que mon héros soit une héroïne. Dans ce monde de marins très masculin, cela m’amusait qu’une femme soit au centre de l’histoire. C’était une façon d’avoir un regard plus original, plus neuf, sur cet univers rude et viril.

Luc - SAINT JAMES s’adresse aussi bien aux femmes qu’aux hommes.

Il y a une autre femme dans l’histoire : Nathalie Ferlut aux dessins…

Tom - Oui, c’est une fantastique dessinatrice. C’est Hervé Richez qui a eu l’idée de l’associer au projet. Il l’a convaincue à 2h du matin au festival d’Angoulême ! D’habitude, Nathalie est aussi scénariste de ses albums et au départ, je ne pensais pas qu’elle accepterait. C’est un vrai honneur qu’elle ait consacré  tout ce temps à ce conte.

Luc - Ce fut une collaboration très facile. Nous n’avons pas eu besoin de beaucoup communiquer. J’ai laissé Tom et Nathalie travailler, et je trouve que le résultat est une vraie réussite.

Tom, est-ce que le fait de collaborer avec une marque commerciale a rendu ton travail plus compliqué ?

Tom - Non, pas du tout. C’était au contraire très plaisant à faire. Une fois que tu as l’idée, tu glisses des références, dans les personnages, dans les lieux… Je me suis amusé à saupoudrer l’histoire d’allusions et de signes à SAINT JAMES. L’idée étant avant tout que ça ne ressemble pas à une plaquette commerciale.

Je tiens à dire que Luc m’a fait totalement confiance et m’a laissé carte blanche. Je lui ai juste raconté le scénario au début. Il m’a dit « J’adore, continue ». Je l’ai convaincu aussi que de ne pas céder à la tentation d’une histoire où tout serait rose, d’un monde de paillettes, un peu édulcoré. Dans cet album, Il y a des aspérités, des peines à dépasser, et c’est justement ça, je crois, qui rend la chose plus belle.

Luc - SAINT JAMES est une entreprise qui a une âme, portée par des gens « bien ». Et je souhaitais que cela transpire dans cet album. C’est une histoire qui a du caractère, comme chaque membre de l’équipage.

Panier
Plus que 130,00€ pour bénéficier de la livraison offerte
( x )
- +
Supprimer
Oui Non
Vous n'avez pas de produit dans votre panier.
Total
Vous aimerez aussi
Grand sac cabas réversible
en coton
99,00€ 59,40€
Chaussettes mixtes à motif jacquard
en coton mélangé
25,00€ 15,00€